Historique de Claude Arziller

C'est en 1960 que la SPIROTCHNIQUE (actuelle AQUALUNG) décide de créer un centre de plongée afin de faire découvrir au grand public la dimension réelle de ce qu'il avait entrevu sur écran et l'avait fait rêver, à savoir "le Monde du Silence" du Commandant COUSTEAU.

Trois membres de cette société, Pierre MARIE, Jojo SERENON et Robert MARTIGNOLE vont se charger de sa création. Le matériel ne suffisait pas à faire un centre de plongée il fallait trouver l'endroit où l'implanter et le personnel qui s'en chargerait. L'idée a séduit à Paul RICARD et c'est son île qu'il proposa ; seule exigence c'est de faire connaître BENDOR à travers la plongée. Restait le personnel : comme responsable il fut choisit parmi les instructeurs des nageurs de combat : Claude ARZILLIER ; et un aide, Emile BOTTERO, homme à tout faire.

En octobre 1960 a lieu l'inauguration officielle avec des moyens encore modestes (2 petits compresseurs portatifs, une vingtaine d'équipements de plongée, 1 zodiac et 1 petite barge en plastique), et comme acteur un stage de la Protection Civile sous l'œil intéressé de sommités locales, de la presse, d'un ministre et de la Marine Nationale.

Courant 1961 des moniteurs de tous horizons vont étoffer l'équipe de base et qui essaimeront sur le littoral plus tard. La politique de la SPIROTECHNIQUE était d'inciter les administrations à l’utilité d'avoir des fonctionnaires-plongeurs dans le cadre de la sécurité civile que ce soit pour intervenir en mer, en lac ou en rivière. La même année les premiers stages C.R.S. se déroulent et perdurent toujours. Ils seront suivis en 1964 par la Police Nationale et les Gendarmes qui resteront deux ans. Quelques années plus tard ce sera au tour des douaniers de venir goûter au plaisir de faire le tour de l'île : ils y viendront durant un quart de siècle. L'école de la Marine Marchande viendra aussi compléter la formation de ses élèves par des stages de plongée sous marine.

Outre les administrations, le CIP Bendor s'oriente aussi vers le tourisme et développe les formations fédérales. Tout restant à faire, il va à la sortie du premier appareil-photos étanche (le Calypso-Phot) réaliser les premiers stages de photos et cinéma sous marin. Le "dada" de Claude ARZILLIER étant la formation de moniteurs il va en présenter à toutes les sessions de moniteur national dont la première femme, Margaret JACQUET reçue major. Il fera admettre au Club Med la nécessité d'avoir des monitrices dans ses villages et conseillera bien sûr une élève de "Tonton". Dans l'attente de la création d'une école nationale préparant au métier de travailleur sous marin et ce en accord avec le syndicat des entreprises de travaux sont jetées les premières éléments d'une formation basale.

La notoriété du CIP Bendor va dés 1962 lui permettre d'essaimer à travers le monde : réalisation du CIP FRANCE (à bord du s/s France), participation active à la mise en œuvre de la chaîne des CIP, responsable à partir de 1972 de la formation des futurs plongeurs professionnels en ALGERIE pendant presque dix années.

Tous les grands de la Plongée (professeurs, ingénieurs, photographes/cinéastes, etc.), DUMAS, TAILLEZ, BOMBARD, HOUOT sont venus au CIP Bendor par amitié, pour faire part des progrès de leurs recherches ou pour faire essayer leurs inventions. C'est grâce à eux et à l'immense famille de moniteurs que l'on peut prétendre et dire sans forfanterie que le CIP Bendor a été la première Aquadémie de la Plongée au Monde.

La grande période a pris fin en 1998 avec un total de 450.000 plongées réalisées, des moniteurs dans le Monde entier, des reconnaissances touchantes de beaucoup d'élèves. On peut comprendre que certains ne veulent pas que ce souvenir s'éteigne. Bon vent à ces accros de "il était une fois le CIP BENDOR".

Claude ARZILLIER.

  • logos bendor-ricard
  • logo ffessm
  • logo guide-routard
  • logo-cppa
  • logo regard sous la mer
  • logo jmm-concept
  • logo france-voyage
  • logo 118box